Constat provisoire

Si tout ce que j’ai vécu,
Tout ce que j’ai cru aimer,
Tout ce que j’ai vraiment souffert,
M’a conduite à ce genre de bonheur là,
Redonnez moi encore de mes 16 à 20 ans,
Que je sache s’il est possible d’aimer davantage
L’homme dans les bras duquel je me repose
D’avoir cru aimer,
D’avoir vraiment souffert.

Volant loin quelque part dans le ciel,
Un corbeau luisant et noir ;
Rampant à mes pieds,
L’ombre d’un chien bâtard ;
Je traine toute une animalerie
De regret, de peines, de repentis,
Qui coassent, hurlent et grognent dans ma mémoire,
Des injures masquant ton nom
Des non dit muet de ne pas te connaître.
Peut être se moquent-ils de ma prétention
A me croire aimée,
A ne plus vouloir souffrir.

Pourtant, souvent,
Le long d’une inspiration,
Paralysé par l’empire du démon,
Noyée sous une pluie de virgule en chute libre,
Je retenais mon souffle :
Muette de terreur
A l’idée qu’on fatigue un peu plus
Le simple muscle qui me servait de cœur.

Sans doute toutes ces ombres sont elles des phantasmes,
Des idées noires pour tapisser l’écran de mon esprit…
Pourtant le soir quand j’y repense,
Ce n’est qu’en détournant le regard sur la droite,
Que je mesure ma chance.

Moi qui n’ai jamais su faire qu’être amoureuse
Dont l’âme se vend à la moindre attention
Prostituée de l’amour et du bon sentiment,
Il aura fallut bien du temps
Pour apprendre le juste prix de ces choses là
De tout ce qui se donne, prête, mais ne se vend pas.

Un corbeau noir luisant dans le ciel
Mais ce n’est pas un mauvais présage
C’est le rappel des origines
Où pour la première fois comme la dague
D’une quelconque série noire, son bec,
L’arme du crime, s’est enfoncé dans la chaire virginale,
D’un coeur qui n’avait jamais rien ressenti d’autre
Que de vagues sentiments d’enfants.

Et puisqu’il faut qu’il y ait des ombres,
Pour donner de la richesse à ce clair obscur,
Puisqu’il y a de la noblesse même dans les plus de ces vives blessures,
Qu’on me pardonne seulement de marcher en direction du soleil,
Pour les garder par derrière moi.

Puisque nos corps sont en miettes sitôt
Qu’ils osent à peine se découvrir capable de jouir;
Puisque nos âmes sont incapables de pureté
Et qu’ils nous faut consumer ce que nous avons,
L’instant tout juste avant, aimé;
Puisqu’au départ de tout est la blessure
Je ferais de cette cicatrice l’esquisse
De la chaire nouvelle
Qui s’offre, encore,
Encore,
Encore et encore,
Aux dégradations les plus basses, aux humiliations les plus vives.

Et si tout ce que j’ai vécu,
Tout ce que j’ai cru aimer,
Tout ce que j’ai vraiment souffert,
M’a conduite à ce genre de bonheur là,
Redonnez moi encore de mes 16 à 20 ans,
Que je sache s’il est possible d’aimer davantage,
Bien que je ne le crois pas…

Ou du moins, pas encore.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s